Les profits du réseau social se sont envolés de 61% au dernier trimestre de l’année 2018. Les anticipations des analystes sont pulvérisées.

Facebook rend compte de performances trimestrielles meilleures que prévu, démontrant que la tempête médiatique, politique et réglementaire qui s’abat sur le réseau social, ne suffit pas pour l’instant à bloquer sa croissance. En dépit du préjudice causé à l’image de Facebook par une série de manquements à protéger les données privées de ses utilisateurs et à filtrer les contenus toxiques et manipulateurs diffusés par ses réseaux, la firme de Mark Zuckerberg affiche un gain de 30, 4% de son chiffre d’affaires. Les profits de Facebook au cours des trois derniers mois de l’année 2018 décollent de 61%.

La croissance de son chiffre d’affaires est certes moins forte qu’au troisième trimestre, où elle était encore de 32, 9%. Mais à mesure que la firme grandit, il est normal que son taux de croissance diminue graduellement. En trois mois Facebook a gagné un record de 6, 9 milliards de dollars, montant considérable pour une entreprise crée il y a seulement 14 ans…

Doublement des investissements pour bloquer les contenus

La performance est d’autant plus remarquable que Facebook augmente massivement ses dépenses et investissements pour filtrer les contenus publiés par ses annonceurs et utilisateurs. Ses investissements ont ainsi carrément doublé en 2018 pour atteindre près de 14 milliards de dollars.

Facebook surprend aussi en continuant de fidéliser davantage d’internautes. Le réseau social et sa famille d’applications comme Whatsapp et Instagramenregistrent ainsi 2, 7 milliards d’utilisateurs actifs mensuels, contre 2, 6 milliards fin décembre 2017. Même dans des régions comme l’Amérique du nord et l’Europe, où la popularité de Facebook a semblé plafonner, on observe à nouveau une modeste croissance. En Asie, notamment en Inde, en Indonésie et aux Philippines, ses réseaux sociaux sont de plus en plus prisés.

Pour couronner le tout, la société de Menlo Park en Californie monétise de mieux en mieux la fréquentation de ses sites. Le revenu moyen par utilisateur décolle de 21% par rapport au trimestre précédent et de 19% par rapport à la même période fin 2017. La nouvelle réglementation européenne qui est en place depuis mai 2018, vise à mieux protéger les données personnelles des utilisateurs de réseaux sociaux. Or elle ne semble pas trop décourager pour le moment les annonceurs publicitaires qui font vivre Facebook. Il est possible même qu’à court terme elle serve les intérêts de Facebook, tout comme ceux de Google sa grande rivale. En effet les deux géants sont les mieux placés techniquement pour s’adapter aux nouvelles règles, tandis que leurs plus petits concurrents, moins riches, sont à leur désavantage.

Dans ce contexte les actionnaires de Facebook sont comblés. Le cours de l’action a bondi de plus de 12% sur le marché de gré à gré après la clôture du Nasdaq mercredi soir. Au cours de la séance, en anticipation de bons résultats trimestriels, le titre avait déjà grimpé de 4, 3%. Il retrouve ainsi son niveau d’octobre dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *