La romancière Toni Morrison est morte à l’âge de 88 ans, lundi. Descendante d’une famille d’esclaves, cette brillante universitaire a exploré l’histoire des Noirs américains depuis l’esclavage jusqu’à leur émancipation dans la société actuelle.

L’écrivaine afro-américaine Toni Morrison, lauréate du prix Nobel de littérature en 1993, est décédée à l’âge de 88 ans, lundi 5 août, dans la soirée.

« Toni Morrison est décédée paisiblement la nuit dernière, entourée de sa famille et de ses amis », précise un communiqué de ses proches, rendu public mardi.

Le texte ajoute que l’écrivaine, également lauréate du Pulitzer, est décédée dans un hôpital new-yorkais, à l’issue d’une courte maladie, sans préciser laquelle.

Prix Nobel et prix Pulitzer

Descendante d’une famille d’esclaves, Toni Morrison est connue pour avoir donné une visibilité littéraire aux Noirs. Cette brillante universitaire a écrit 11 romans sur une période couvrant six décennies, mais également des essais, des livres pour enfants, deux pièces de théâtre et même un livret d’opéra.

L’ex-président démocrate Barack Obama lui a rendu un vibrant hommage, la qualifiant dans un tweet de « trésor national ». « Son écriture représentait un superbe et profond défi à notre conscience et à notre imagination morale », a écrit l’ancien président, qui avait décerné la prestigieuse médaille de la Liberté à la romancière lors d’une cérémonie à la Maison Blanche le 29 mai 2012.

Elle a exploré toute l’histoire des Noirs américains depuis leur mise en esclavage jusqu’à leur émancipation dans la société américaine actuelle.

Née le 18 février 1931 à Lorain dans l’Ohio, Toni Morrison, de son vrai nom Chloe Anthony Wofford, était diplômée de la Howard University à Washington. Elle a longtemps enseigné, travaillant aussi dans le milieu de l’édition, avant de faire paraître son premier roman, « The Bluest eye » (L’Œil le plus bleu) en 1970, sur une fillette noire qui veut des yeux bleus, à l’âge de 39 ans. « The Bluest eye » sera suivi en 1977 de « Song of Solomon » (Le chant de Salomon), récompensé par le National Book Critics Circle Award.

Son roman « Beloved » a obtenu le prix Pulitzer en 1988. Situé pendant la Guerre de Sécession, le livre raconte l’histoire d’une femme qui tue sa fillette de deux ans pour qu’elle ne devienne pas esclave. La mère est arrêtée avant de pouvoir se donner la mort et le fantôme de sa fille, prénommée Beloved, vient lui rendre visite. « Beloved » est le premier volet d’une trilogie consacrée à l’amour sous l’angle de l’histoire noire américaine. Il a été suivi de « Jazz », publié en 1992, qui raconte un trio amoureux dans le Harlem des années 1920, et « Paradise », paru en 1997.

Toni Morrison avait le sens de la formule, dont celle-ci, qui est restée célèbre: « S’il y a un livre que vous aimeriez lire, mais qui n’a pas encore été écrit, alors c’est votre devoir de l’écrire ».

Avec AFP et Reuters


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *